Forum Crans-Montana - Dakhla l’africaine

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
accueille le monde à bras ouverts


La ville de Dakhla s’érige, par la force des choses, en capitale de l’Afrique, le temps de la grand-messe du Forum Crans-Montana qui s’est ouvert vendredi pour trois jours.

A un mois du débat du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara, Dakhla accueille l’un des évènements mondiaux les plus en vue qui fêtent le continent africain dans un esprit de paix et de coopération sud-sud.

En déroulant le tapis rouge à 112 délégations étatiques de haut niveau et aux représentants de 20 organisations régionales et internationales, la ville du sud du Royaume enterre de la manière la plus civilisée les desseins nihilistes de ceux qui voulaient en faire une zone de conflit coupée de son environnement régional.

L’échec de la propagande séparatiste est d’autant plus cinglant que pas moins de 36 Etats d'Afrique y sont activement représentés, au grand dam de certaines parties qui s’activaient, sans vergogne, pour en obtenir l’annulation ou du moins le boycott.

Ce sont finalement plus de 800 participants à fouler le sol marocain, parmi eux plus d'une centaine de chefs d'Etat, chefs de gouvernement, ministres, présidents de parlement, députés, anciens chefs d'Etat et de gouvernement et hauts responsables de structures régionales et internationales.

L’ampleur et la qualité de la participation révèlent au grand jour une ambition collective de contrer les clichés sur tout un continent et donner la juste mesure de son potentiel humain et de ses atouts pour l’avenir. Tels sont le crédo et la philosophie des organisateurs de ce conclave mondial conçu comme une opportunité pour les hauts représentants de l’Afrique mais aussi du reste du monde et les populations locales de dialoguer, de partager des projets et des visions d’avenir.

A juste titre, ils sont conscients que l’avenir de l’Afrique ne serait construit qu’autour de modèles locaux et régionaux en affirmant que Dakhla, cette ville excentrée mais jouissant d’une position stratégique exceptionnelle, se positionne comme une plaque tournante du continent.

Et ce n’est pas fortuit que le Forum Crans Montana ait décidé de faire le cap sur le modèle de Dakhla : il s’agit de promouvoir des pôles de stabilité et de prospérité dans un espace régional en proie aux menaces de déstabilisation, de terrorisme et de séparatisme.

Dakhla, qui n'était qu'une bourgade militaire espagnol en 1975, véhicule aujourd'hui l’image d’une cité dynamique et ouverte grâce à sa capacité de se mettre au diapason d’un monde qui bouge et d’abriter les activités économiques les plus diverses autour d’un port parmi les plus actifs du continent.

Car il ne peut y avoir de coopération Sud-Sud sans paix ni stabilité dans la région. Et de l’avis des observateurs, le Maroc est l’un des pays qui offrent cette garantie, fort du modèle prôné par SM le Roi Mohammed VI pour une coopération sud-sud solidaire et mutuellement avantageuse.

Les promoteurs de la ligne de Dakhla savent pertinemment que tout retard dans cette direction ferait le lit aux forces extrémistes qui profitent des atermoiements et des hésitations à engager une véritable stratégie de coopération commune entre les pays d’Afrique. Faute de quoi, ils risquent de payer cher le prix du laxisme face à l'extrémisme violent et aux défis liés au développement durable. De fait, les accointances qui fleurissent entre séparatisme et terrorisme le long de la bande sahélo-saharienne devraient avoir l’effet d’un signal d’alarme pour tous les pays du continent.

C’est la raison pour laquelle le Forum Crans Montana lance un appel pressant aux Etats de la région : "Il faut désormais un peu plus de courage et de détermination pour aborder et régler les vrais problèmes de notre époque".




MAP / Abdallah Chahboune / 13.03.2015 : 13h57

Crédit photo : La ville de Dakhla | Archives

http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2015/03/13/1584855-dakhla-l’africaine-accueille-le-monde-à-bras-ouverts.html
 
Dernière édition:

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Mezouar :
L’hostilité d'Alger à la tenue du FCM à Dakhla "fait pitié"


Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar | Archives


L’hostilité de l’Algérie à la tenue à Dakhla du Forum du Crans Montana (FCM) est une attitude "regrettable", a affirmé vendredi le ministre des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar.


Elle "fait pitié" aux yeux de la communauté internationale, a-t-il ajouté.

Le ministre, qui s'adressait à la presse en marge de l’ouverture de ce forum, a indiqué que la mobilisation de l’Algérie à l’échelle internationale contre la tenue de cette importante réunion à Dakhla, constitue une "arrogance" face à un rendez-vous "ordinaire" initié par une prestigieuse institution, en l’occurrence le Forum Crans Montana.

"Il s’agit d’un comportement révolu qui n’honore ni l’Algérie ni les Algériens qui se trouvent impuissants face aux actes de leurs gouvernants", a-t-il déploré.

Pour Mezouar, la forte participation à ce rendez-vous planétaire constitue "la meilleure réponse aux agissements de ceux qui doutent de la capacité des provinces du Sud à s’engager dans un processus de développement et de progrès".

Cette manifestation est organisée par une grande institution qui apprécie à leur juste valeur les progrès réalisés par la ville de Dakhla qu’elle considère, de par sa position stratégique, comme une porte d’entrée vers l’Afrique, a-t-il dit, précisant que le modèle de développement initié par le Maroc dans les provinces du Sud est une réalité consacrant la volonté des populations de cette région de se développer dans le cadre de l’intégrité territoriale du Royaume.






Menara.ma / 14.03.2015 : 10h34
http://www.menara.ma/fr/2015/03/13/1585204-l’hostilité-de-l’algérie-à-la-tenue-à-dakhla-du-fcm-fait-pitié-mezouar.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Crans Montana à Dakhla :
Le Club de l'Afrique Atlantique voit le jour


Ouverture à Dakhla du 25ème forum Crans Montana | Ph: Mahdi


Le Club de l'Afrique Atlantique, une initiative du Forum de Crans Montana, a été créé vendredi à Dakhla, pour contribuer à l'intégration mondiale du continent africain.

L’annonce a été faite samedi par les organisateurs du forum. Le Club, dédié au développement et à la coopération des Etats de la façade atlantique de l'Afrique, a pour objectif de réunir les principaux acteurs du monde des affaires, de la politique et des finances.

La première session plénière du Club se tiendra à Bruxelles le 13 juin 2015, à l'occasion de la réunion annuelle du Forum de Crans Montana.

Développer la coopération régionale

Les sessions du Club porteront notamment sur la coopération régionale en matière d'énergies renouvelables, corridors de transport, réseaux d'éducation, santé publique et lutte contre les épidémies, technologies de la communication, sécurité alimentaire, gestion et valorisation des ressources naturelles, promotion touristique et systèmes bancaires et financiers.

Grâce au Club de l'Afrique Atlantique, les décideurs africains s'impliquent dans le développement économique et social de leurs pays en approfondissant la coopération régionale de la façade atlantique de l'Afrique et en s'ouvrant à la coopération mondiale, précisent les initiateurs du projet.

Les États africains de la façade atlantique représentent en effet 46 % de la population africaine, concentrent 55 % du PIB africain et réalisent 57 % du commerce continental.

Le Club de l'Afrique Atlantique est l'appui opérationnel indispensable aux politiques mises en œuvre par et entre les États africains riverains de l'Atlantique, ajoutent les mêmes sources.

Pour les responsables du Forum Crans Montana, "seule une gestion concertée et une approche globale intégrée des grandes problématiques communes aux États riverains permettent de répondre aux préoccupations qu'elles suscitent, de développer la coopération internationale et de prévenir les tensions qu'elles sont bien souvent à même de provoquer".


La paix et la sécurité «des priorités»


"La paix et la sécurité ainsi que la prévention et la lutte contre les menaces transnationales sont aujourd'hui des priorités incontournables pour chaque gouvernement de la planète", ajoutent-ils, précisant que seule une réponse concertée, collective et trans-régionale à la problématique migratoire "permettra de transformer ce qui est ressenti comme une réalité violente et douloureuse en une valeur ajoutée et une source de croissance pour chaque État".

Les responsables du Forum de Crans Montana relèvent qu'au-delà des menaces diverses qui migrent "on shore", l'Atlantique "est la porte ouverte en permanence à bien des agents indésirables qui menacent la sécurité globale d’États auxquels seule une coopération régionale et internationale peut apporter les moyens de la protection nécessaire".

Ces dangers, expliquent-ils, sont notamment le terrorisme, la criminalité liée aux trafics de stupéfiants, d'armes, la piraterie et la traite des êtres humains, soulignant que la réponse à ces menaces passe par des actions concertées, inclusives et solidaires, ainsi que par la mise en œuvre de stratégies d'ensemble entre les États riverains de l'Atlantique "tant en ce qui concerne la protection vis-à-vis de la mer ouverte que la maîtrise nécessaire des frontières terrestres".

La gestion "intelligente" des ressources halieutiques, le développement de la production et la commercialisation mondiale des produits de la pêche sont au cœur des stratégies pour une croissance durable de la région.

La préservation et la mise en valeur du patrimoine naturel côtier offre de formidables perspectives pour le développement d'une industrie du tourisme responsable, indiquent les mêmes sources, ajoutant que le développement des capacités de l'industrie maritime africaine "est donc une question de survie alors même qu'en ce qui concerne les ressources naturelles énergétiques et minérales, l'Afrique est le seul gisement majeur du monde ouvert sur la mer libre".

Le Club de l'Afrique Atlantique est considéré comme un appui essentiel aux travaux et initiatives du Club des Ports, créé par le Forum de Crans Montana et "déjà couronné de succès", selon ses initiateurs.





Menara avec map / 14.03.2015 : 19h34

http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2015/03/14/1585466-crans-montana-à-dakhla-le-club-de-lafrique-atlantique-voit-le-jour.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
L’importance des énergies renouvelables pour l’Afrique
mise en exergue à Dakhla lors du Forum Crans Montana


Dakhla, 14 mars 2015 (MAP) - Plusieurs ministres et experts africains et européens ont souligné, samedi à Dakhla, l’importance des énergies renouvelables pour les pays du continent africain, mettant l’accent sur les moyens de promouvoir cet important secteur.

Intervenant lors d’un panel consacré à la mise en œuvre des énergies renouvelables en Afrique, dans le cadre du Forum Crans Montana, qui se tient à Dakhla, les participants ont notamment passé en revue les contraintes empêchant l’Afrique de bénéficier suffisamment des énergies renouvelables ainsi que les mesures devant être prises pour remédier à cette situation.

Dans ce cadre, Eric Besson, ministre français chargé de l'Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique, a indiqué que le continent africain qui dispose de toutes les ressources nécessaires à la production de l’énergie, sera confrontée à une demande de plus en plus croissante pouvant atteindre 16.000 KW/J à l’horizon 2040.

Il a insisté, dans ce sens, sur la nécessité pour les pays africains de se doter des textes réglementaires clairs et offrir des garanties en vue de promouvoir l’investissement public et privé dans le domaine des énergies renouvelables et tirer profit de façon optimale de leurs richesses énergétiques.

Pour sa part, Jean-Louis Borloo, président de la Fondation "Énergies pour l’Afrique" a fait observer que le continent africain subit les conséquences néfastes du réchauffement climatiques dû aux gaz à effet de serre, outre un déficit de production énergétique énorme.

A cet égard, l’ancien ministre français de l’Énergie a appelé les pays du continent à renforcer leurs capacités d’autofinancement pour subvenir à leurs besoins en la matière et à tirer profit des expériences des pays européens dans ce domaine.

Quant à la vice-ministre albanaise de l’Énergie, Olijana Ifti a indiqué que son pays qui s’est lancé dans la production des énergies alternatives à partir des eaux de fleuves et de pluies depuis plusieurs années, est en cours d’élaborer un nouveau projet visant à réduire la dépendance vis-à-vis des énergies conventionnelles.

L’Albanie est disposée à partager son expérience dans ce domaine, a souligné Mme Ifti.

De son côté, le directeur de l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, Saïd Mouline, a passé en revue l’expérience du Maroc dans ce domaine, mettant l’accent sur l’importance capitale qu’accorde le Royaume à ce secteur.

Le Maroc a procédé au lancement de deux parcs solaires à Marrakech et à Ouarzazate, a-t-il fait savoir, relevant que le Royaume aspire à porter la part de sa capacité électrique installée à partir d'énergies renouvelables (éoliennes, solaires, hydrauliques) à 42 pc à l'horizon 2020. Il a ajouté que le Maroc a réalisé des progrès dans le domaine des énergies renouvelables à la faveur de la volonté politique et d’un arsenal juridique mis en place, ainsi que des fonds mobilisés par la banque africaine de développement et la banque mondiale.

Pour sa part, Obeid Omrane, membre du conseil d'administration de l’agence marocaine de l’énergie solaire a indiqué que le Maroc a accumulé une expérience importante dans le domaine qui pourrait servir d’exemple pour les pays africains, ajoutant que le projet de la centrale solaire thermodynamique est de nature à réduire la dépendance énergétique du Maroc.





TE/MT/BM/KA.

KL.


MAP / 14.03.2015 : 20h15

http://www.menara.ma/fr/2015/03/14/1585554-l’importance-des-énergies-renouvelables-pour-l’afrique-mise-en-exergue-à-dakhla-lors-du-forum-crans-montana.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Le Forum Crans Montana rend hommage à Dakhla
à plusieurs personnalités internationales



Dakhla, 14 mars 2015 (MAP) - Les travaux du Forum de Crans Montana ont pris fin, samedi à Dakhla, avec une cérémonie de remise des prix de la fondation du forum et des médailles d’or de cette instance, accordés à des personnalités internationales de différents horizons.

Les prix de la fondation 2015 ont été décernés à l’ex-président de la République d'Estonie (2001-2006), Arnold Ruutel, à l’ex-chef du gouvernement espagnol (2004-2011), José Luis Rodriguez Zapatero, au secrétaire général adjoint de l’ONU, Philipe Douste Blazy, à l’ancien ministre français de l’Écologie et du Développement durable (2007-2010), Jean Luis Borloo et à la présidente du Conseil économique, social et environnemental du Sénégal, Aminata Tall.

Décerné depuis 1989, le prix de la fondation du forum unit les grands acteurs modernes de la paix, de la liberté et de la démocratie. Il regroupe ainsi des hommes et des femmes aux mérites éminents issus de tous les domaines de la responsabilité sociétale qui ont en commun d’avoir lutté pour le respect des valeurs fondamentales et leur volonté de créer un monde meilleur.

Les médailles d’or du Forum Crans Montana ont été accordées au vice-premier ministre des Iles Salomon, Douglas Ete, au président du conseil d’administration du groupe immobilier émirati "Nakheel", Ali Rachid Ahmad Lootah et au président du Mouvement ivoirien des droits de l’Homme, Doumbia Yacouba.
Depuis son 20ème anniversaire, le Forum décerne sa médaille d’or en tant que haute distinction honorifique accomplie, en tant que reconnaissance des actions accomplies par les personnalités honorées en faveur d’un monde plus humain.

S'exprimant à cette occasion, le président et quo-fondateur du Forum Crans Montana, Jean Paul Carteron, s'est félicité de la réussite éclatante de l’édition de Dakhla qui a rassemblé d’éminentes personnalités des quatre coins du globe.

M. Carteron a rappelé que les prix de la fondation et les médailles d’or du forum ont été décernés lors d’éditions précédentes à des personnalités de haut niveau, dont le président palestinien défunt, Yasser Arafat, le révérend Jesse Jackson ou encore l’ancien premier ministre libanais Rafik Hariri. Un total de 112 États du monde étaient représentés à haut niveau à la Session du Forum de Crans Montana (FCM) qui s’est tenue du 12 au 14 mars dans la ville de Dakhla. Il s'agit de 36 pays d'Afrique, 30 pays d'Asie, 31 pays européens et 15 pays d'Amérique, en plus de 20 organisations régionales et internationales.

Au total, ce sont 800 participants qui se sont retrouvés à Dakhla dont près de 600 sont venus de l'étranger, parmi lesquels des chefs d’État, des chefs de gouvernement, des ministres, des présidents de parlement et des parlementaires, ainsi que des anciens chefs d’État et de gouvernement, des hauts responsables internationaux et des représentants de structures régionales et internationales.

Le FCM, organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème "Afrique, coopération régionale et coopération Sud-Sud", a réuni décideurs, experts et hommes d'affaires africains et internationaux pour débattre notamment des questions du développement dans le continent.



Avec notre MAP 87.

TE/MT/BM/KA. - KL.


MAP / 14.03.2015 : 21h15

http://www.menara.ma/fr/2015/03/14/1585561-le-forum-crans-montana-rend-hommage-à-dakhla-à-plusieurs-personnalités-internationales.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Clôture du FCM :

Plusieurs personnalités internationales honorées


Le Forum Crans Montana rend hommage à Dakhla
à plusieurs personnalités internationales | Ph: MAP

Le Forum Crans Montana a pris fin, samedi à Dakhla, avec une cérémonie de remise des prix de la fondation du forum et des médailles d'or de cette instance accordés à des personnalités internationales.

Les prix de la fondation 2015 ont été décernés à l’ex-président de la République d'Estonie (2001-2006), Arnold Ruutel, à l’ex-chef du gouvernement espagnol (2004-2011), José Luis Rodriguez Zapatero, au secrétaire général adjoint de l’ONU, Philipe Douste Blazy, à l’ancien ministre français de l’Écologie et du Développement durable (2007-2010), Jean Luis Borloo et à la présidente du Conseil économique, social et environnemental du Sénégal, Aminata Tall.

Décerné depuis 1989, le prix de la fondation du forum unit les grands acteurs modernes de la paix, de la liberté et de la démocratie. Il regroupe ainsi des hommes et des femmes aux mérites éminents issus de tous les domaines de la responsabilité sociétale qui ont en commun d’avoir lutté pour le respect des valeurs fondamentales et leur volonté de créer un monde meilleur.

Les médailles d’or du Forum Crans Montana ont été accordées au vice-premier ministre des Iles Salomon, Douglas Ete, au président du conseil d’administration du groupe immobilier émirati "Nakheel", Ali Rachid Ahmad Lootah et au président du Mouvement ivoirien des droits de l’Homme, Doumbia Yacouba. Depuis son 20ème anniversaire, le Forum décerne sa médaille d’or en tant que haute distinction honorifique accomplie, en tant que reconnaissance des actions accomplies par les personnalités honorées en faveur d’un monde plus humain.

S'exprimant à cette occasion, le président et quo-fondateur du Forum Crans Montana, Jean Paul Carteron, s'est félicité de la réussite éclatante de l’édition de Dakhla qui a rassemblé d’éminentes personnalités des quatre coins du globe.

Carteron a rappelé que les prix de la fondation et les médailles d’or du forum ont été décernés lors d’éditions précédentes à des personnalités de haut niveau, dont le président palestinien défunt, Yasser Arafat, le révérend Jesse Jackson ou encore l’ancien premier ministre libanais Rafik Hariri. Un total de 112 États du monde étaient représentés à haut niveau à la Session du Forum de Crans Montana (FCM) qui s’est tenue du 12 au 14 mars dans la ville de Dakhla. Il s'agit de 36 pays d'Afrique, 30 pays d'Asie, 31 pays européens et 15 pays d'Amérique, en plus de 20 organisations régionales et internationales.

Au total, ce sont 800 participants qui se sont retrouvés à Dakhla dont près de 600 sont venus de l'étranger, parmi lesquels des chefs d'Etat, des chefs de gouvernement, des ministres, des présidents de parlement et des parlementaires, ainsi que des anciens chefs d'Etat et de gouvernement, des hauts responsables internationaux et des représentants de structures régionales et internationales.

Le FCM, organisé sous le patronage du Roi Mohammed VI sous le thème "Afrique, coopération régionale et coopération Sud-Sud", a réuni décideurs, experts et hommes d'affaires africains et internationaux pour débattre notamment des questions du développement dans le continent.







Mise à jour - Menara avec map / 15.03.2015 : 10h49
http://www.menara.ma/fr/2015/03/14/1585561-le-forum-crans-montana-rend-hommage-à-dakhla-à-plusieurs-personnalités-internationales.html
 
Dernière édition:

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Dossier du Sahara :
De Villepin pour un "dialogue politique"


Dominique de Villepin le 23 avril 2014 à Paris | afp

L'ex-Premier ministre français, Dominique De Villepin, a souligné, samedi à Dakhla, "l'urgente nécessité" du dialogue politique "après 40 ans d'un conflit douloureux autour de la question du Sahara".

"Nous ne pouvons pas oublier ici à Dakhla l'urgente nécessité du dialogue politique après 40 ans de conflit douloureux autour de la question du Sahara", a dit De Villepin qui s'exprimait lors d'une plénière du forum Crans Montana sur le thème : "Une nécessité urgente : renforcer le dialogue entre l'Afrique, le Maghreb et l'Europe".

Il a affirmé que ce "forum est un message pour approfondir le processus politique, poursuivre le développement économique et l'ouverture sur le monde avec l'aide des Nations unies".

"En ces temps d'instabilité et d'incertitude, personne ne peut se satisfaire voire même se permettre des conflits gelés", a insisté De Villepin.

Le Maroc, une "puissance de modération"

Dans le même ordre d'idées, l'ancien chef de l'exécutif français a indiqué que le Maroc "incarne un chemin de changement et de stabilité trop rare dans la région, grâce aux efforts constants de SM le Roi Mohammed VI".

Le Royaume "est une puissance de modération et de dialogue incarnant un chemin de changement et de stabilité trop rare dans la région, grâce aux efforts constants de SM le Roi Mohammed VI en faveur tant de l'unité de son peuple que de la paix et du développement économique", a-t-il dit.

De Villepin a souligné que le Maroc a une responsabilité et un rôle particulier à jouer pour la consolidation de la coopération et du partenariat entre l'Afrique et l'Europe.

"De par son histoire, son ouverture sur l'Europe, l'Afrique subsaharienne, le Maroc peut jouer le rôle d'architecte de cette en mise commune", a-t-il dit.

"avancer ensemble"

Tout en soulignant que le Maroc a aussi une capacité économique dans ce partenariat, il a rappelé que le Royaume développe depuis plusieurs années ses entreprises pour rayonner vers l'ouest africain dans plusieurs domaines, mettant l'accent aussi sur le rôle que peut jouer aussi la France pour "revivifier" les relations économique avec le sud de la Méditerranée.

"Le Maroc est une terre d'espoir entre des continents soumis aux dangers les plus grands, une passerelle entre les continents qui semblent à la dérive et en même temps, une terre de modération où prévaut un esprit de dialogue d'échange dans un environnement qui est tenté par la violence", a-t-il fait savoir.

Revenant sur la relation Europe-Afrique-Maghreb, l'ancien chef de l'exécutif français a souligné qu'il "ne s'agit pas de créer un partenariat exclusif qui s'opposerait en rival d'une autre zone du monde".

Dans ce sens, il a plaidé pour un effort soutenant la croissance et l'emploi avec toutes les parties et des partenariats triangulaires où l'Europe travaillerait en commun avec des entreprises d'autres continents pour le bien de l'Afrique.

"Nous devons mettre notre capacité de ressources en commun pour avancer ensemble en se basant sur des piliers solides", a-t-il ajouté.

Rappelant que l'Europe a pris l'initiative de renforcer le dialogue avec la rive sud de la Méditerranée, il a insisté sur la nécessité "d'œuvrer davantage dans ce sens via des projets concrets".

Ces projets devront aller plus loin et être plus ambitieux, dans la perspective de mettre en place un pôle paneuropéen de sécurité et de prospérité fondé sur la libre association, l'intégration économique et l'harmonisation fiscale et réglementaire, affirme De Villepin.







Menara avec map / 15.03.2015 : 11h54
http://www.menara.ma/fr/2015/03/14/1585521-sahara-m-de-villepin-pour-un-dialogue-politique-après-40-ans-d’un-conflit-douloureux.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel

Tenue du FCM à Dakhla: L'Unesco dément
avoir émis un quelconque avis


L’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (Unesco) a démenti avoir émis un quelconque avis sur la tenue à Dakhla du forum Crans Montana.


"L’Unesco n’a exprimé aucun avis sur cet événement, ni sur le lieu où il se tient’’, lit-on dans une mise au point du sous-directeur général de l’organisation onusienne chargé des relations extérieures et de l’information du public suite à des assertions publiées par un site électronique algérien au sujet du forum Crans Montana.

Le responsable onusien a ajouté que les "assertions" auxquelles le site fait référence dans son article relayé par l’agence de presse algérienne (APS) "n’engagent nullement l’Unesco".

Le site en question a attribué des propos à ce responsable de l’Unesco selon lesquels l’organisation serait contre la tenue à Dakhla du forum Crans Montana.

L’Unesco se démarque ainsi de ces propos qui procèdent de la manipulation et de la désinformation et souligne que cet article est "erroné", demandant de le "modifier pour la parfaite information" des lecteurs. La ville de Dakhla accueillera, du 17 au 22 mars prochain, une nouvelle session du forum Crans Montana consacrée à L'Afrique et la coopération Sud-Sud.

Cet évènement, qui se tiendra pour la deuxième année consécutive dans cette ville du sud marocain, tend à promouvoir le débat entre décideurs et experts de divers horizons sur l'intégration mondiale d'une Afrique qui se prend en charge, selon les organisateurs.






Crédit photo : Logo du Forum de Crans Montana
http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2016/02/11/1826016-tenue-du-fcm-à-dakhla-lunesco-dément-avoir-émis-un-quelconque-avis.html

 
Dernière édition:

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Au lieu de tenir des propos fallacieux, ces gens-là devraient s'atteler à régler leurs problèmes dans lesquels ils se trouvent dus à la baisse historique du pétrole.
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Ouverture à Dakhla des travaux
du 27ème Forum Crans Montana




La 27ème session du Forum Crans Montana (FCM) a ouvert ses travaux, vendredi à Dakhla.

Cette prestigieuse grand-messe, qui se tient pour la deuxième année consécutive à Dakhla, sous le thème de "l’Afrique et la coopération Sud-Sud : Une meilleure gouvernance pour un développement économique et social durable", connait la participation de plus d'un millier de participants, dont 850 personnalités étrangères issues de 131 pays et de 27 organisations régionales et internationales.

L’édition 2016 de ce forum, organisée en partenariat avec l’ISESCO, réunit le gotha mondial de l’économie et de la politique et d’illustres personnalités, dont des Chefs d’état et de gouvernement, anciens ou en exercice, de présidents de Parlement, de ministres et de hauts responsables d'organisations et institutions régionales et internationales.

La particularité de cette 2ème édition marocaine du FCM est qu’elle se tient en deux parties, la première sur terre et la deuxième en mer. Les participants se réuniront ainsi durant les trois premiers jours au Palais des Congrès de Dakhla, avant de poursuivre leurs travaux à bord d’un navire de croisière (GNV Rhapsody) qui lèvera l’ancre à destination de Casablanca.

Cette session s’inscrit dans le prolongement de l’édition précédente en continuant de mettre l’accent sur la coopération Sud-Sud pour réfléchir sur les moyens à même de faciliter l’intégration mondiale de l’Afrique et de renforcer sa croissance et son développement économique et social.

Les travaux de ce rendez-vous se déclinent en une quinzaine de sessions portant essentiellement sur la sécurité alimentaire, énergétique et humaine, la femme, les jeunes, l’importance des régions, l’environnement, l’éducation et la santé.

Les participants débattront également de sujets se rapportant à l’industrie maritime, au positionnement de l’Afrique au sein des pays occidentaux, de la problématique de l’emploi et du renforcement de la coopération au sein de l’espace Atlantique Sud.

La tenue d’une réunion de suivi du 2ème forum Maroc-États insulaires du Pacifique qui s’est tenu à Rabat en décembre 2015 figure parmi les moments forts de ce Forum qui a vu le jour en 1986 en Suisse avec pour objectif de mettre en place un espace de débat entre les décideurs et les experts dans différents domaines dans le but de promouvoir la coopération internationale, la paix et la sécurité mondiales et le développement humains intégré.






Menara.ma / 18.03.2016

http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2016/03/18/1862025-ouverture-à-dakhla-des-travaux-du-27ème-forum-crans-montana.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Le Forum Crans Montana choisit
les nouveaux leaders du Futur 2016


Les prix du Forum Crans Montana des nouveaux leaders du futur au titre de l’année 2016 ont été remis aux lauréats lors d’une cérémonie organisée dimanche

Une quarantaine de jeunes, dont dix Marocains, représentant des institutions gouvernementales, des entreprises et des ONG, ainsi que les mondes du cinéma, de la mode, de la presse et des droits de l’homme ont ainsi reçu cette prestigieuse distinction dans le cadre de la 27ème session du Forum qui se tient à Dakhla (17-22 mars).

Les nouveaux leaders du Futur du FCM est une communauté de jeunes décideurs d’Afrique, du Monde Arabe, d’Europe Orientale, d’Asie Centrale, d’Amérique du Sud et d’Extrême-Orient, sélectionnés pour leur réussite professionnelle exceptionnelle et leur expérience du leadership au sein d’entreprises et de gouvernements.

Selon les organisateurs, les nouveaux leaders du Futur bénéficient du soutien appuyé du Forum de Crans Montana pour renforcer leurs réseaux régionaux et internationaux, dans le cadre de la Coopération Sud-Sud que le Forum n’a eu de cesse de promouvoir comme une dimension essentielle d’un dialogue international renouvelé.

Les nouveaux leaders seront invités à participer gracieusement à l’ensemble des Forums proposés dans le Programme Officiel pour une durée de trois ans et bénéficient d’excellentes opportunités de rencontres avec de grands décideurs de la vie politique et des affaires.

Ensemble, ils forment une puissante Communauté qui façonnera le monde à venir et relèvera les principaux défis du 21ème siècle.

Ils bénéficieront lors de cette 27e session du forum notamment d’une formation à bord du navire de croisière GNV, qui abritera les travaux du forum à compter de ce dimanche comme ils participeront aux trois prochaines éditions du FCM.





MAP / 21.03.2016
http://www.menara.ma/fr/2016/03/20/1864244-le-forum-crans-montana-choisit-les-nouveaux-leaders-du-futur-2016.html
 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Début des travaux de la 4ème édition
du Forum Crans Montana à Dakhla



La 4ème édition du Forum Crans Montana à Dakhla

Les travaux de la 4ème édition du Forum de Crans Montana (FCM) se sont ouverts, vendredi matin à Dakhla, avec la participation de plus d'un millier d'invités de marque issus d'une centaine de pays.

La cérémonie d'ouverture de cette édition, la quatrième consécutive organisée dans la Perle du Sud, a été marquée par un message adressé par le Roi Mohammed VI aux participants, et dont lecture a été donnée par le président de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Ynja Khattat.

Cette grand-messe, qui se poursuit jusqu'au 20 courant, réunit plus d'un millier de participants et de personnalités provenant de plus d'une centaine de pays, dont 49 pays africains outre des représentants de plusieurs organisations internationales et régionales.

Ce grand événement international, tenu sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, consacre le rayonnement international de la ville de Dakhla et de sa renommée en tant que destination privilégiée pour abriter les plus grandes manifestations internationales.

Cette année, d'anciens chefs d'Etat et de gouvernement, des ministres, des présidents de parlements, des décideurs, des parlementaires et des experts internationaux se sont donné rendez-vous à Dakhla pour débattre de l'avenir de l'Afrique, du développement durable, de la coopération sud-sud et des différents défis de l'Afrique à l'ère de la mondialisation.

Le programme de cette manifestation est organisée en deux parties; la première au Centre de conférence de la Perle du sud du 15 au 17 courant, et l’autre à bord d’un bateau de croisière voguant de Dakhla à Casablanca du 18 au 20 mars.

Cette édition donnera lieu à de nombreux échanges entre hauts responsables gouvernementaux et représentants du monde des affaires, qui porteront notamment sur "la sécurité alimentaire et l’agriculture durable", "l'économie des océans et le secteur halieutique", "les énergies renouvelables et la révolution verte africaine" et "l’Afrique, terminal majeur de la route de la soie".

"La coopération régionale en matière de Santé publique" ainsi que "la gestion urbaine globale, nouveau défi de l’Afrique" sont également au menu.

Les femmes et la jeunesse seront aussi à l’honneur à l’occasion de sessions extraordinaires de l’African Women’s Forum et des Nouveaux leaders du futur qui célébreront cette année encore les acteurs essentiels du renouveau de l'Afrique.

Les travaux de cette édition seront aussi ponctués par la remise du prix 2018 de la Fondation Crans Montana Forum pour l'Afrique et la coopération Sud-Sud à Moustapha Cisse Lo, président du parlement de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), en reconnaissance « du travail accompli par le président Cisse Lo à la tête de l’organisation parlementaire des 16 Etats de la Cedeao pour l’intégration, la liberté et l’épanouissement de ses peuples" et pour ses "efforts déployés en faveur de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace communautaire de cet ensemble régional".

Le Forum de Crans Montana, qui siège à Genève, est une organisation internationale qui œuvre à '’encourager la coopération internationale et la croissance globale et promouvoir un haut niveau de stabilité, d'équité et de sécurité’’.



Menara avec map / 16.03.2018 : 11h10
http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2018/03/16/2404123-début-des-travaux-de-la-4ème-édition-du-forum-crans-montana-à-dakhla.html

 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Le Roi adresse un message
aux participants du Forum Crans Montana


La 4ème édition du Forum Crans Montana à Dakhla

Le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants du Forum Crans Montana, qui a ouvert ses travaux vendredi à Dakhla, sous le thème "L'Afrique et la Coopération Sud-Sud".

Voici le texte intégral du message royal dont lecture a été donnée par le président de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Ynja Khattat :

"Louange à Dieu,.

Paix et Salut sur le Prophète, Sa Famille et Ses Compagnons.

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

Il M'est particulièrement agréable de M'adresser à votre assemblée réunie, à l’occasion de la 4ème édition du Forum Crans Montana, pour traiter du thème de «l’Afrique et la Coopération Sud-Sud». Cette année encore, le forum se tient, dans la ville de Dakhla.

Dakhla, comme vous le savez, occupe une place de choix dans l’Histoire du Maroc. Elle jouit d’une position stratégique unique, en tant que trait d’union entre le Royaume et sa profondeur stratégique africaine.

En outre, Il Me plaît de voir que le Forum Crans Montana a beaucoup gagné en maturité et en notoriété, au fil de ses éditions successives. Il est ainsi devenu un rendez-vous international incontournable qui réunit décideurs politiques de haut rang, communauté des affaires, intellectuels et acteurs de la société civile de tout bord, ainsi que faiseurs d’opinion venant des quatre coins du monde.

La pertinence des thèmes choisis, la qualité des participants et leur diversité sont des plus précieuses. Elles permettent en effet d’enrichir les débats, d’explorer de nouveaux horizons, de constituer une force de propositions et surtout d’envisager l’avenir avec plus de sérénité et de confiance. Elles confèrent au Forum une envergure internationale, tout en consacrant une attention particulière à Notre continent d’avenir, l’Afrique.

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

L’Afrique est à la croisée des chemins. Les transformations à l’œuvre dans le continent sont multidimensionnelles. Elles esquissent une Afrique en mutation rapide, une Afrique de plus en plus éloignée des stéréotypes et des clichés négatifs qui lui sont affublés.

L’Afrique, c’est 30 millions de kilomètres carrés d’opportunités. Elle dispose de la population la plus jeune de la planète. En 2050, elle comptera 2,5 milliards d’habitants, dont la moitié aura moins de 25 ans.

Cette jeunesse constitue un atout considérable si le dividende démographique est géré intelligemment. Cette évolution démographique impressionnante génère un changement majeur de trajectoire qui transformera la donne en Afrique et dans le reste du monde. Elle constitue un précieux atout de développement et une opportunité inouïe d’émergence, sur lesquels Notre Continent doit capitaliser.

Néanmoins, pour progresser, l’Afrique doit rassembler toute son énergie et adopter des partenariats novateurs gagnant-gagnant.

Aussi appelons-Nous les Africains et les Africaines, et particulièrement les jeunes, à se mobiliser, de manière résolue et déterminée, pour relever les défis lancinants auxquels est confronté le Continent et pour s’inscrire dans la dynamique vertueuse de la croissance partagée.

Au-delà de cette capitalisation des ressources, l’Afrique doit également faire usage de tous les instruments dont elle dispose pour répondre aux attentes légitimes de sa population. L’un de ces outils privilégiés pour l’émergence africaine est la coopération Sud-Sud.

Le Maroc compte parmi les pays africains qui ont l’ambition et la volonté de faire en sorte que l’Afrique prenne en main son destin. Il n’est donc pas fortuit que le Maroc ait fait de la coopération Sud-Sud un vecteur de l’émergence d’une Afrique Nouvelle, confiante en ses potentialités et ouverte sur l’avenir.

Il s’agit avant tout d’un engagement constitutionnel inscrit en lettres d’or dans la norme suprême du Royaume. En effet, le Maroc s’engage à «consolider les relations de coopération et de solidarité avec les peuples et les pays d’Afrique, en particulier avec les pays subsahariens et sahéliens et à renforcer la coopération Sud-Sud».

Comme nous l’avons présenté l’année dernière dans Notre Message adressé aux participants de la précédente édition, Nous avons fait le choix audacieux de placer cette Coopération au cœur de notre politique africaine. Sous Notre impulsion, le Maroc a développé un véritable modèle innovant de Coopération Sud-Sud qui se fonde sur l'échange de connaissances, de compétences, d’expertises et de ressources, tout en associant l’ensemble des sous-régions du Continent et des secteurs pertinents.

Modalité de partenariat vertueux privilégiée avec Notre Continent, la coopération Sud-Sud initiée par Mon pays se veut intégrée et multidimensionnelle. Qu’il s’agisse de transfert des technologies, de partage du savoir, d’établissement de Partenariats Public-Privé dans divers secteurs ou de formation et d’enseignement supérieur, le Maroc a su développer une expertise reconnue sur l’échiquier africain.

Depuis 15 ans, 1000 accords de coopération ont été signés avec 28 pays africains ; ils ont trait à des domaines aussi variés que l’éducation, la santé, la formation à l’infrastructure et l’agriculture. L’offre marocaine qui place l’humain au centre de ses préoccupations et combine l’économique et le social, le culturel et le cultuel, le sécuritaire et le militaire est, de ce point de vue aussi, tout à fait unique dans son genre.

Le Maroc, qui décline sa coopération en fonction des besoins exprimés par le pays frère, forme au sein de ses universités et établissements supérieurs plus de 25.000 étudiants africains.

Le Royaume tient également à mettre en place des projets stratégiques d’envergure dont nous ne citerons, à titre d’exemple, que deux récents projets structurants au niveau Continental, à savoir le Gazoduc Africain Atlantique dont l’objectif est de refondre le marché régional de l’électricité ou encore l’établissement d’unités de production de fertilisants avec l’Éthiopie et le Nigeria qui vise à améliorer la productivité agricole et favoriser la sécurité alimentaire, dans l’ensemble de la sous-région.

C’est dans ces perspectives de partage mutuellement bénéfique et de consolidation des partenariats sous régionaux existants que s’inscrit le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle, l’Union Africaine.

Dans ce sens, Nous appelons l’ensemble des pays frères africains à s’investir davantage dans cette coopération constructive en renforçant l'efficacité de nos institutions régionales et sous-régionales en tant que plateformes d'intégration continentale.

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

La coopération Sud-Sud que le Maroc met en œuvre s’exprime dans l’ensemble des problématiques qui ont trait à la stabilité et au développement du Continent dont l’un des domaines d’expression est la migration.

Le phénomène migratoire constitue une opportunité et non une menace. La crise migratoire que nous connaissons actuellement n’est pas récente et ne doit pas être vécue comme une fatalité. Elle appelle à un renforcement de la coopération, d’abord entre pays africains, ensuite avec les pays du nord.

En Notre qualité de Leader de l’Union Africaine pour la Question de la Migration, Nous avons proposé au 30ème Sommet de l’UA, «un Agenda Africain pour la migration» qui recommande notamment la création d’un observatoire Africain de la migration et la désignation d’un Envoyé Spécial de l’UA chargé de la Migration, en vue d’appréhender le phénomène dans sa globalité de manière pertinente.

Par ailleurs, Mon pays a été précurseur en matière d’accueil et de gestion des flux de migrants en situation irrégulière présents sur son territoire. Cette initiative, à vocation fondamentalement humanitaire, constitue non seulement une nouvelle forme de solidarité envers nos frères africains mais elle conforte également notre engagement inamissible auprès des populations africaines.
Cet engagement n’est pas un slogan que le Maroc brandit dans les fora internationaux ; il traduit une orientation forte et irréversible du Royaume.

L’autre nouvel espace d’expression de la coopération interafricaine développé par le Maroc avec le Continent concerne la lutte contre les effets dévastateurs des changements climatiques. Le Royaume est pleinement conscient de la menace que fait peser cet autre phénomène sur le développement, la paix et la sécurité de Notre Continent.

L’Afrique paie, en effet, un lourd tribut dans ce domaine, alors même qu’elle n’émet que 4% des gaz à effet de serre. En tant que pays hôte de la COP22, le Maroc a tenu à opérationnaliser l’Accord de Paris, à travers une COP de l’action qui a placé les préoccupations de l’Afrique au cœur des discussions. Et Nous appelons, à nouveau, les pays du Nord à tenir les engagements renouvelés à Marrakech, notamment en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de financement des stratégies climatiques des pays du Sud.

Nous avons saisi l’occasion de ce rendez-vous climatique mondial pour convoquer le premier « Sommet Africain de l’Action », en présence de 41 de Nos frères, Chefs d’Etat et de Gouvernement africains. Ensemble, Nous avons échangé sur les défis liés à la lutte contre les changements climatiques auxquels nous faisons face et nous avons convenu de mesures pratiques à mettre en place, de manière urgente, pour y faire face.

A Mon initiative, le Sommet a décidé d’accorder la priorité au développement du Sahel et en particulier du Bassin du Lac Tchad, des Etats Insulaires et du Bassin du Fleuve Congo.

Le Maroc a également présenté, à cette occasion, des initiatives concrètes en vue de contribuer à assurer la sécurité alimentaire de l’Afrique ; il s’agit notamment du projet «Adaptation de l'Agriculture en Afrique» qui doit renforcer les capacités des acteurs agricoles, ou encore de celui de la « Ceinture Bleue » qui a pour objectif de lutter contre le réchauffement des océans.

De même, le Royaume a exprimé sa volonté de partager son expérience réussie en matière de promotion des énergies propres et renouvelables, de développement d’une agriculture responsable, ou encore de l’exploitation durable des ressources marines.

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

Il est incontestable que Notre Continent est confronté à un paradoxe : il dispose de quasiment toutes les ressources naturelles nécessaires à un développement humain soutenu ; et pourtant ses populations souffrent de pauvreté et de marginalisation au sein de l’économie internationale.

En effet, le commerce intra-africain ne représente que 13% de l’ensemble de l’activité commerciale au niveau continental et ne participe qu'à hauteur de 2% du commerce mondial. Plus que jamais, le continent Africain doit tirer le meilleur parti de la globalisation.

Notre Continent ne manque ni d’ambition ni de volonté d’aller de l’avant. Il a besoin de nouvelles formes d’organisations collectives d’administration et de gestion des territoires. C’est dans cette optique que Nous avons choisi de placer la régionalisation avancée au cœur de Notre modèle de développement économique.

Plus qu’un simple aménagement territorial ou administratif, la régionalisation avancée traduit une volonté forte de rénover et de moderniser les structures de l’Etat, pour consolider le développement intégré de nos territoires et fédérer ainsi tous les acteurs autour d’un projet commun.

La région est aujourd’hui appelée à devenir une collectivité qui a les pouvoirs d’agir sur son destin dans le cadre de l’intégrité territoriale du Royaume.

Au sein des douze régions que compte le Maroc, Nous avons voulu faire émerger une nouvelle forme de croissance économique : une croissance inclusive, soutenue localement par les secteurs publics et privés. Nous avons voulu renforcer, en particulier, la cohésion nationale et l’accès aux services publics dans des territoires à fort potentiel.

Nulle part ailleurs, cette réalité régionale n’est aussi prégnante que dans la belle région où vous vous trouvez aujourd’hui, ici même à Dakhla : elle a connu, à l’instar des Provinces du Sud, une transformation politique, économique et sociale. Notre ambition est de poursuivre cette action pour que le Sahara marocain renoue avec sa vocation historique de carrefour dans le continent.

Le Maroc a d’ailleurs toujours exprimé son engagement à partager son expérience en la matière avec ses homologues africains, à la fois dans le cadre de la mise en œuvre d'accords bilatéraux ou à travers l’organisation des «Cités et Gouvernements Locaux Unis Africains» dont le siège se trouve à Rabat.

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

L'Afrique, qui s’est engagée dans la bonne direction, se dirige résolument dans la voie de l’émergence, grâce à la sagesse de ses dirigeants et à l’inclusion de sa population dans un processus démocratique irréversible qui répond à ses aspirations légitimes de paix, de développement humain et de mise en valeur des potentialités.

Nous sommes convaincus que l’événement qui vous réunit ici constituera pour vous l’occasion d’émettre des recommandations et des propositions constructives, susceptibles de répondre efficacement aux défis multiformes auxquels le monde, et l’Afrique en particulier, font face.

À cet égard, Nous vous invitons à évoquer les vertus de l'adoption d’une coopération Sud-Sud efficiente et multidimensionnelle ainsi que des approches participatives en tant que vecteurs d’émergence collective.

Tout en souhaitant plein succès à vos travaux, nous renouvelons à l’ensemble des participants nos souhaits de bienvenue au Royaume du Maroc. Nous tenons à leur redire combien Nous apprécions leur précieuse contribution à ce Forum Crans Montana et combien Nous sommes sensibles aux efforts qu’ils déploieront pour découvrir et définir les meilleures pratiques, à même d’assurer aux populations du Sud, notamment africaines, un développement humain.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh".



Menara avec map / 16.03.2018 : 11h28
http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2018/03/16/2404136-le-roi-adresse-un-message-aux-participants-du-forum-crans-montana.html

 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Le Forum Crans Montana
s'achève au port de Casablanca


La 4ème édition du Forum Crans Montana à Dakhla

Le forum Crans Montana a pris fin ce mardi après l’arrivée au port de Casablanca du navire de croisière GNV Rhapsody, qui a abrité la deuxième phase des travaux.

Cette année, d’anciens chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, des présidents de parlements, des décideurs, des parlementaires et des experts internationaux se sont réunis en conclave à Dakhla pour débattre de l’avenir de l’Afrique, du développement durable, de la coopération sud-sud et des différents défis de l’Afrique à l’ère de la mondialisation.

Le programme de cette manifestation s’est décliné en deux parties, la première au Centre de conférence de la Perle du sud du 15 au 17 mars, et l’autre à bord du GNV Rhapsody qui a vogué de Dakhla à Casablanca du 18 au 20.

Le 4è Forum Crans Montana a été l’occasion d’engager des échanges fructueux ayant touché notamment à la sécurité alimentaire et l’agriculture durable, à l’économie des océans et le secteur halieutique, aux énergies renouvelables et la révolution verte africaine et à l’Afrique et la route de la soie.

Les débats ont porté également sur la coopération régionale en matière de Santé publique ainsi que la gestion urbaine globale comme nouveau défi de l’Afrique, à la condition de la femme et des jeunes, au changement climatique et à l’immigration clandestine.

L’ouverture de ce forum, qui s’est déroulée en présence du chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani, qui conduisait une importante délégation ministérielle, a été marquée par le message royal adressé aux participants, dans lequel le Souverain a souligné que le Maroc fait de la coopération Sud-Sud un vecteur de l’émergence d’une Afrique nouvelle, confiante en ses potentialités et ouverte sur l’avenir.

L’un des moments forts de cet événement a été la remise du prix 2018 de la Fondation Crans Montana Forum pour l’Afrique et la Coopération Sud-Sud au président du parlement de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Moustapha Cissé Lo, en reconnaissance de son travail accompli à la tête de l’organisation parlementaire des 16 Etats de la CEDEAO pour l’intégration, la liberté et l’épanouissement de ses peuples.

Ont également été distingués du même prix, attribué chaque année depuis plus de 30 ans à des personnalités d’envergure internationale afin de consacrer leur action éminente en faveur de la Paix, de la Liberté et de la Démocratie, Mme Debbie Remengesau, Première Dame de la République des Palaos, et M. Michel Martelly, Ancien Président de la République d’Haïti.




Menara.ma / MAP 20.03.2018

http://www.menara.ma/fr/actualités/maroc/2018/03/20/2407081-le-forum-crans-montana-sachève-au-port-de-casablanca.html

 
Haut