États-Unis : une fusillade éclate à Manhattan,

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
plusieurs blessés


Le maire de New York parle d'un "acte terroriste".
Un véhicule a renversé plusieurs cyclistes mardi après-midi dans le sud de Manhattan, faisant plusieurs morts et plusieurs blessés, a confirmé la police-new-yorkaise après avoir arrêté le suspect. Le chauffeur du véhicule est ensuite sorti avec à la main une arme factice et les policiers lui ont tiré dessus, a affirmé la police new-yorkaise.

"Sur la base des informations immédiatement disponibles, c'était un acte de terrorisme" a déclaré le maire démocrate, Bill de Blasio, lors d'une conférence de presse sur les lieux de l'accident, en présence du chef de la police new-yorkaise et du gouverneur de l'Etat de New York.

"Huit personnes innocentes ont perdu leur vie, et près d'une douzaine ont été blessées", a-t-il ajouté.

"Un acte terroriste isolé"

"Il s'agit très vraisemblablement d'un acte terroriste isolé", a précisé de son côté le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo. "C'est l'acte d'une personne isolée", martèle-t-il.

Plusieurs médias américains, dont le "New York Times" et la chaîne télévisée New York 1, ont précédemment parlé d'au moins six morts et d'une dizaine de blessés. Cependant, la police n'a donné aucun chiffre en attendant un point de presse prévu prochainement sur les lieux, proches de la mairie de New York et bouclés par la police.

"Tout le monde a couru"

"Il y a eu une collision", raconte une élève de la Stuyvesant High School cité par le "New York Post". "Il est sorti d'une des voitures. Il avait deux armes. On a cru que c'était un truc d'Halloween. Il a commencé à courir sur la chaussée. Il y avait un autre type avec une chemise verte qui le poursuivait."

Elle ajoute avoir "entendu entre 4 et 6 coups de feu, puis tout le monde a couru".

Les faits se sont produit vers 15h20 heure locale, sur une piste cyclable proche du World Trade Center, indique NBC. La police recommande d'éviter cette zone en raison de l'enquête en cours.

Here are some snaps posted from lower Manhattan pic.twitter.com/g7kAO35eQI


"Plus de menace active"

Les faits étaient terminés vers 16H00 (20H00 GMT) et "il n'y a plus de menace active", a tweeté un porte-parole de la mairie. La camionnette avait été louée auprès de la compagnie Home Depot, a précisé une de ses porte-parole. La chaîne d'information américaine NBC News a publié sur Twitter une image du dispositif policier sur les lieux du drame.


Le maire et le gouverneur démocrates de New York, Bill de Blasio et Andrew Cuomo, sont arrivés sur le lieu de l'incident.

Le président des États-Unis Donald Trump a déjà réagi, qualifiant l'assaillant de New York de "personne malade et déséquilibrée", sur Twitter. "Les forces de l'ordre suivent cela de près. PAS AUX USA !", a ajouté le chef d'Etat.

La dernière alerte de ce type à New York remonte au 22 mai dernier, lorsqu'un ancien militaire avait lancé sa voiture à toute allure sur le trottoir à Times Square, tuant une jeune femme et blessant 22 autres personnes.


M.C. (Avec AFP)



L'Obs - Il y a 1 heure
Crédit photo : © Copyright 2017, L'Obs - Une fusillade a éclaté mardi après-midi dans le sud de Manhattan.
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/etats-unis-une-fusillade-éclate-à-manhattan-plusieurs-blessés/ar-AAuhOH4?li=BBoJIji#image=1

 
Dernière édition:

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Attentat de New-York:
ce que l'on sait


© Don EMMERT
Un policier sécurise les environs de l'attaque qui a fait huit morts et onze blessés
le 31 octobre à New York, jour de Halloween

La capitale économique des États-Unis a connu mardi son premier attentat mortel depuis le 11 septembre 2001.

Les faits

Le chauffeur d’une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi à Manhattan, faisant huit morts, dont six étrangers et 11 blessés, dans le premier attentat meurtrier à New York depuis 2001. Le véhicule a remonté à contresens une piste cyclable et le couloir de promenade la longeant sur plus d'un kilomètre au sud de Manhattan, le long de la rivière Hudson, dans le quartier de Tribeca, à proximité de Ground Zero, le site dédié à la mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001.

Le véhicule a fini sa course dans un bus scolaire. Le conducteur est alors sorti de la camionnette en criant Allah Akhbar («Dieu est grand») selon plusieurs médias. Il brandissait un fusil à air comprimé et un fusil de paintball. Les policiers ont tiré sur lui et l’ont appréhendé.

L’attaque a eu lieu juste après 15 heures locales (21 h en France) où se pressaient de nombreux cyclistes et passants, par une belle journée ensoleillée, en cette période de la Toussaint où New York accueille toujours beaucoup de touristes. Beaucoup étaient déjà déguisés pour fêter Halloween et participer au grand défilé costumé qui se tient chaque année à Greenwich Village. Défilé qui a eu lieu plus tard comme prévu, mais avec des mesures de sécurité renforcées.


© Kun TIAN
Une camionnette renverse des cyclistes à New York

Les victimes

Les cinq Argentins qui ont été tués étaient originaires de la ville de Rosario et «formaient un groupe d’amis qui fêtaient le 30e anniversaire de la fin de leurs études à l’École polytechnique de cette ville», a indiqué à Buenos Aires le ministère des Affaires étrangères. Un autre Argentin qui faisait partie du groupe a été blessé lors de l’attentat. Le président argentin Maurico Macri s’est déclaré «profondément affecté». «Nous renouvelons notre appel à la paix, afin d’en finir avec ces horreurs», a-t-il dit. La Belge tuée, originaire de Roulers, dans les Flandres, visitait New York en compagnie de sa soeur et de sa mère, a indiqué le chef de la diplomatie belge Didier Reynders. Les deux autres victimes seraient américaines. Les pompiers ont fait état de 11 blessés hospitalisés, dans un état «sérieux» mais pas critique parmi lesquels figurent trois Belges.

Le conducteur

L’identité du suspect n’a pas été diffusée par les autorités. La police a simplement indiqué qu’il avait 29 ans et qu’elle ne recherchait pas d’autre suspect. Selon plusieurs médias américains, il s’agirait de Sayfullo Saipov, un Ouzbek habitant dans le New Jersey, où la camionnette avait été louée. Il disposait d’un titre de séjour permanent, la «carte verte», et travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times, qui précise qu’il avait déjà «été sous le radar» de la police.

Les réactions

Le maire de New York, Bill de Blasio, a tout de suite qualifié cette attaque d'«acte lâche de terrorisme», sans parler de jihadisme.Le maire démocrate, qui joue sa réélection dimanche, a demandé aux New-Yorkais d’être particulièrement vigilants et de signaler toute anomalie.

Le président américain Donald Trump a lui évoqué sans attendre l’organisation État islamique (EI) et a ordonné un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant entrer aux États-Unis. «Être politiquement correct, c’est bien mais pas pour ça», a tweeté le président. «Nous ne devons pas permettre à l’EI de revenir ou d’entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !», a déclaré Trump sur Twitter. Si la piste jihadiste était avérée, ce serait la première fois que Donald Trump est confronté à un attentat de ce genre d’une telle gravité depuis son arrivée à la Maison-Blanche.

«Nous savons depuis septembre 2001 que nous sommes une cible» mais «nous allons vivre nos vies et n’allons pas laisser le terrorisme l’emporter», a déclaré Andrew Cuomo, gouverneur démocrate de l’État de New York. Il a annoncé des mesures de police renforcées dans la très touristique capitale financière américaine. La police a appelé toute personne détenant photos ou vidéos de l’attaque à les lui transmettre.

Le One World Trade Center, gratte-ciel érigé sur le site des tours jumelles détruites le 11 septembre 2001, devait être illuminé toute la nuit en rouge-blanc-bleu, en honneur de «la liberté et de la démocratie.» Et sur les réseaux sociaux, beaucoup se promettaient de ne pas céder face au terrorisme sous le mot-clef #NYCstrong (New York fort).





LIBERATION - Il y a 40 minutes
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/attentat-de-new-york-ce-que-lon-sait/ar-AAuiwOd?li=BBoJIji#image=1

 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Attentat de New York :
le parcours du principal suspect


© JEWEL SAMAD Le suspect a utilisé une camionnette louée dans le New Jersey.

L'homme originaire d'Ouzbékistan de 29 ans, identifié comme étant Sayfullo Saipov, était lié à Daech et s'était radicalisé aux États-Unis. Il a été touché par un tir de la police et arrêté.

Selon plusieurs enquêteurs cités par les médias américains, le chauffeur de la camionnette qui a fauché, mardi, des cyclistes et des passants à New York, tuant huit personnes, dont six étrangers, et en blessant onze autres, a été identifié comme étant Sayfullo Saipov. Cet homme de 29 ans, originaire d’Ouzbékistan, habite dans le New Jersey, où la camionnette avait été louée. Blessé au ventre par le tir d’un policier, il a été arrêté et opéré mardi soir dans un hôpital de la ville. Ses jours ne sont plus en danger et les enquêteurs ont pu lui parler, a rapporté la chaîne ABC, mercredi.

Arrivé aux États-Unis en 2010

Le suspect est arrivé aux États-Unis en 2010 après avoir obtenu une carte verte depuis Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan. D’après les informations du New York Times, il s’est tout d’abord installé dans l’Ohio où il a cherché un emploi en essayant d’améliorer son anglais. Il s’est ensuite rendu à Fort Myers, en Floride, avant de vivre à Paterson dans le New Jersey.

«C’était une personne très bien quand je l’ai connu», raconte Kobiljon Matkarov, un autre immigrant ouzbek qu’il avait rencontré lors de son passage en Floride. «Il aimait les États-Unis. Il avait l’air d’avoir beaucoup de chance, il était toujours heureux et disait que tout allait bien. Il n’avait pas l’air d’un terroriste, mais je ne le connaissais pas.» D’après l’information de Buzzfeed, confirmée par le FBI, l’homme a une femme et trois enfants.

Sayfullo Saipov pourrait avoir obtenu son titre de séjour permanent grâce au système de loterie mis en place pour favoriser les pays où le taux d’émigration en Amérique est relativement bas sur les cinq années précédentes. Le système d’attribution à la loterie des cartes vertes offre une chance aléatoire à 50 000 candidats par an de pouvoir vivre aux Etats-Unis. Même s'il n’est pas prouvé que le suspect en ait bénéficié, ce processus se retrouve mercredi au cœur d’une vive polémique.

Lors de son arrivée à Fort Myers, Sayfullo Saipov a travaillé comme chauffeur routier, toujours selon le New York Times. Mais une fois arrivé sur le sol du New Jersey, il a abandonné les camions pour devenir chauffeur Uber. Un cadre de l’entreprise a spécifié que l’étude de ses antécédents n’avait rien révélé. «Nous sommes en train de passer en revue rapidement l’historique de ce partenaire d’Uber et pour le moment nous n’avons pas identifié de rapport alarmant concernant la sécurité.»

Une radicalisation sur le sol américain

L’attentat n’a pas été revendiqué mais mercredi après-midi, le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo a affirmé sur CNN que ce «lâche perverti […] était lié à l’EI et s’est radicalisé» aux États-Unis. Selon lui, le jeune homme était «le modèle du loup solitaire». «C’est après qu’il soit arrivé aux États-Unis qu’il a commencé à s’informer sur l’EI et l’islamisme radical», a indiqué le gouverneur, ajoutant qu’il n’y avait pour l’heure aucun signe qu’il n’ait pas agi seul ou que son acte fasse partie d’une opération toujours en cours ou d’autres projets d’attentat.


Lorsqu’il est sorti de la camionnette, le chauffeur aurait crié «Allahu akbar» («Dieu est grand»). Il avait également laissé un message manuscrit dans lequel il prête allégeance au groupe Etat islamique ainsi qu’une photo du drapeau noir de l’organisation jihadiste, ont affirmé des sources proches du dossier au New York Post et au New York Times. Les enquêteurs ont découvert ce message, rédigé en arabe, près du véhicule, ont précisé deux responsables des forces de l’ordre sous couvert d’anonymat au New York Times.

Connu des services de police pour des faits mineurs

L’homme est connu des services de police pour des faits mineurs et «la police de l’État de New York l’a même aidé une fois à sortir d’un fossé». Selon les informations de ses dossiers judiciaires rapportées par Buzzfeed, il a été arrêté pour plusieurs infractions dans plusieurs États. En octobre 2016, il a notamment été arrêté par la police dans le Missouri pour une infraction au code de la route. Il a donné une adresse en Floride et ne s’est pas présenté à son procès en novembre. Un mandat d’arrêt avait donc été émis en avril, mais le chauffeur a réussi à échapper à l’arrestation en payant une caution de 200 dollars.




LIBERATION
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/attentat-de-new-york-le-parcours-du-principal-suspect/ar-AAujW6X?li=BBoJIji


 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Attentat à New York :
ce que l'on sait


© Fournis par AFP La police bloque le lieu de l'attentat à New York, le 1er novembre 2017

Le point sur ce que l'on sait de l'attentat à la camionnette-bélier qui a fait huit morts et 12 blessés mardi à New York, perpétré au nom du groupe Etat islamique par un Ouzbek de 29 ans, installé aux États-Unis depuis 2010.

- L'attentat -

Peu après 15H00 (19H00 GMT), Sayfullo Saipov fonce au volant de sa camionnette de location sur une piste cyclable dans le quartier huppé et touristique de TriBeCa, dans le sud-ouest de Manhattan, où les riverains s'apprêtent à fêter Halloween.

Il roule sur plus d'un kilomètre, fauchant piétons et cyclistes avant de percuter un bus de ramassage scolaire, forçant l'arrêt de sa course sanglante.

Il sort alors de son véhicule, muni d'un pistolet de paint-ball et d'un pistolet à plomb. Blessé par un policier, il est emmené dans un hôpital de la ville.

Attentat de New York : le suspect, «modèle du loup solitaire»

- Allégeance à l’État islamique -

Sayfullo Saipov a perpétré son attentat au "nom de l'EI" après "plusieurs semaines" de préparation, a révélé mercredi le chef adjoint de la police de New York, John Miller.

La police a découvert sur les lieux de l'attaque un message manuscrit en arabe citant l'EI. "Il y avait des symboles et des mots. Mais le cœur du message était que l’État islamique serait éternel", a précisé M. Miller, ajoutant que l'assaillant semble avoir "suivi à la lettre les instructions" données par le groupe jihadiste sur les réseaux sociaux pour mener ce type d'attentat.

Sayfullo Saipov "était lié à l'EI et s'est radicalisé" aux États-Unis, avait indiqué plus tôt le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, qui a qualifié le jeune homme de "loup solitaire".

- L'assaillant -

Arrivé aux Etats-Unis en mars 2010, Sayfullo Saipov résidait légalement aux États-Unis, selon la police. Il n'avait jamais fait l'objet d'enquêtes de la police fédérale (FBI) ou de New York, d'après les autorités.

Chauffeur de la société Uber, il aurait toutefois été arrêté à deux reprises pour des infractions au code de la route, selon plusieurs médias.

Sayfullo Saipov aurait résidé dans l'Ohio et en Floride avant de s'installer à Paterson, dans le New Jersey.

Il était marié et avait des enfants, selon des médias américains.

- Des victimes internationales -

A l'image de New York, ville cosmopolite et aimant touristique, les victimes venaient de plusieurs pays.

Une femme belge, originaire de Roulers, et cinq Argentins - des anciens camarades d'école qui fêtaient le 30e anniversaire de leur diplôme, originaires de la ville de Rosario - font partie des huit personnes décédées. Deux Américains sont également décédés, a indiqué mercredi le chef des pompiers de New York, Dan Nigro.

On dénombre également 12 blessés, selon Dan Nigro. Parmi les neufs victimes toujours hospitalisés mercredi matin, quatre étaient grièvement blessés mais dans un état stable et les autres gravement blessées. "Les blessures vont d'une amputation bilatérale à des traumatismes graves du crane, du cou, du dos et de la poitrine ainsi que des blessures aux bras et aux jambes", a précisé Dan Nigro.

- Lieux de l'attentat -

Ancien quartier bohème aux nombreux immeubles industriels et rues pavées, TriBeCa est aujourd'hui connu pour ses lofts d'artistes aux prix exorbitants, nombreuses boutiques et cafés. Plusieurs écoles y sont installées, dont le prestigieux lycée Stuyvesant, tout proche des lieux de l'attentat. Ses élèves font souvent du sport dans le quartier, où cette longue piste cyclable arborée longe la rivière Hudson.

- "Vous ne gagnerez pas" -

Les autorités ont rapidement lancé un message de défiance après l'attentat, proclamant que la vie des New-Yorkais devait continuer malgré tout.

Le grand défilé de Halloween prévu dans le quartier voisin de West Village a été maintenu mardi soir. Et le grand marathon de dimanche, qui réunit chaque année plus de 50.000 coureurs et attire des dizaines de milliers de touristes, sera organisé, avec des mesures de sécurité renforcées.

"Nous ne sommes pas terrorisés, vous ne gagnerez pas", a déclaré mercredi le gouverneur de New York, Andrew Cuomo.

"Faites ce que vous faites le mieux, soyez des New-Yorkais. Montrez au monde entier que vous ne ploierez pas devant la terreur", a renchéri le maire de la ville, Bill de Blasio, lors de la même conférence de presse.




 

titegazelle

سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ
Membre du personnel
Le groupe Etat islamique
revendique l'attentat de New York


© Fournis par Francetv info

L'organisation terroriste a revendiqué l'attaque au véhicule-bélier qui a fait huit morts mardi à New York dans sa revue hebdomadaire publiée jeudi.

L'auteur de l'attentat de New York qui a fait huit morts, mardi 31 octobre, était un "soldat" de l'organisation Etat islamique (EI) a affirmé jeudi 2 novembre le groupe jihadiste, cité par SITE, un centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance jihadiste. "Un des soldats de l'État islamique a attaqué des croisés dans une rue de New York", a assuré un article de l'hebdomadaire de propagande en ligne de l'EI, Al-Naba, selon SITE, en référence au suspect, Sayfullo Saipov, un Ouzbek arrivé aux États-Unis en 2010 qui a agi "au nom de l'EI", selon la police new-yorkaise.

"Par la grâce d'Allah, l'opération a instillé la peur dans l'Amérique des croisés en les poussant à accroître les mesures de sécurité et à intensifier les dispositifs contre les immigrants en Amérique", dit l'article d'Al-Naba. Sayfullo Saipov, 29 ans, qui a revendiqué son allégeance à l'État islamique, a été inculpé mercredi par le procureur fédéral de Manhattan de deux chefs d'accusation fédéraux: violence et destruction de véhicules, et soutien à une organisation terroriste étrangère.

"Fier de son acte"

Ces chefs d'inculpation l'exposent à la prison à perpétuité, a indiqué le procureur, en évoquant aussi la possibilité de la peine de mort. Saipov s'est dit "fier de son acte" dans ses premiers interrogatoires avec les enquêteurs et voulait déployer un drapeau de l'EI dans sa chambre d'hôpital. Les policiers considèrent qu'il a appliqué très précisément les "instructions" en matière d'attentats données par l'EI sur les réseaux sociaux.

Le mois dernier, l'EI s'était attribué la paternité de l'attaque à Las Vegas d'un tireur isolé contre les spectateurs d'un concert, qui a fait 58 morts, en qualifiant de "soldat" de l'EI son auteur, bien qu'aucun lien n'ait été établi par la police. Le FBI avait écarté la piste jihadiste.




Franceinfo

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/le-groupe-etat-islamique-revendique-lattentat-de-new-york/ar-AAuo5EC?li=BBoJIji
 
Haut